Suivi de la pousse de l'herbe bio en Avesnois (21.06.2021)

Depuis notre dernière lettre info qui date du 03 mai dernier, les nouvelles sont plus réjouissantes. Pour rappel, le printemps froid et sec présageait un début de saison très difficile pour la pousse de l’herbe. Le début de la courbe rouge, ci-dessous, était inquiétant. Même si l’herbe a mis du temps à démarrer, nous avons pu nous réjouir d’une explosion de la pousse de l’herbe à partir de début mai grâce des températures propices et une pluviométrie optimale.

Les résultats de mesure de pousse

Voici les résultats de la suite de mesures. Globalement, le retard pris sur le début de la saison a été rattrapé la première quinzaine de mai. Du 20 mai au 18 juin, nous étions au deçà de la moyenne sur plusieurs années (environ 20 kgMS/J/ha en plus). Par la suite, les précipitations devraient maintenir la pousse de l’herbe à un niveau convenable pour la saison.

Cette évolution en mai a été favorable à refaire les stocks aussi bien en volume qu’en qualité : de quoi mettre du baume au cœur !

mesure pousse prairies.jpg

Pour rappel, vous pouvez trouver l’intégralité des mesures pendant toute la saison sur ce lien : https://docs.google.com/spreadsheets/d/1uv7uDsq39ldslGQx8Sk-ZEeM3KBxPxUTWWiR_n7MVU/edit?usp=sharing

Ne pas se laisser dépasser :

Une fois les premières coupes terminées, une pluviométrie et des températures au rendez-vous permettent de continuer à débrayer certaines pâtures. Ne vous laissez pas déborder. Plusieurs solutions s’offrent à vous si le troupeau n’arrive pas à suivre :

  • Ne pas hésiter à conserver certains paddocks pour une future fauche
  • Ecarter des paddocks pour réaliser un report sur pied

Les deux solutions possèdent des avantages et des inconvénients (qualité de fourrage, mécanisation, régénération naturelle des prairies, conditions météo, …) et peuvent être complémentaire, à vous de choisir celle(s) qui convient le mieux à votre système et vos objectifs. Ces deux méthodes peuvent servir lors d’une potentielle rupture de pousse en été pour :

  • Alimenter les animaux en prairie sur une parcelle parking
  • Faire pâturer des animaux sur les reports (fin de lactation, taries, génisses

Gestion des refus

Nous constatons sur le terrain que les refus sont bien plus importants que les années précédentes. Différentes raisons expliquent ce phénomène :

  • Une épiaison très rapide (ray-grass en stress thermique en mai)
  • Un surpâturage d’automne ayant un impact sur la flore (exemple : densité de renoncule élevée)
  • Une explosion de la pousse qui laisse aux vaches la possibilité de sélectionner leurs bouchées

Il existe des solutions pour limiter ces refus :

  • Réaliser un topping : fauche avant le passage des vaches ou au moins avant leur sortie du paddock
  • Mettre en place une gestion plus restrictive de la surface au fil
  • Les faire consommer par un « troupeau esclave » (génisses ou taries) ayant moins d’exigences

Attention, si vous souhaitez faire consommer les refus par les animaux, il y a des risques de surpâturage sur les zones de prairie déjà correctement pâturées. Cela pourrait être impactant, au vu de la période, sur la future pousse. Enfin, des refus non consommés sur un tour peuvent l’être au tour prochain.

Capture d’écran 2021-04-02 172509.jpg