Suivi de la pousse de l'herbe bio en Avesnois (24.08.2021)

Depuis notre dernière lettre info qui date du 21 juin dernier, les nouvelles sont plutôt bonnes concernant la pousse de l’herbe. Pour rappel, le printemps froid et sec présageait un début de saison très difficile pour la pousse de l’herbe. Le début de la courbe rouge, ci-dessous, était inquiétant. Même si l’herbe a mis du temps à démarrer, nous avons pu nous réjouir d’une explosion de la pousse de l’herbe à partir de début mai. Cet été, les précipitations régulières et les températures « fraiches » et constantes sont très favorables pour la pousse de l’herbe.

Les années se suivent mais ne se ressemble pas :

En guise de comparaison sur le point météorologique, l’année dernière au 4 juillet la somme des températures s’élevait à 1700, alors que cette année, à la même date elle était à 1490°C. Cela reflète sans surprise des températures globalement basses cette année et se traduit par un retard sur certaines végétations.

Du côté de la pluviométrie, au 1er juillet 2020, on comptait 384 mm contre 510 au 1er juillet 2021. Le moi de juillet 2021 a été l’un des mois de juillet les plus pluvieux depuis 20 ans. Août prend la même direction. Non seulement, cette année est plus humide que l’année dernière mais elle concentre des précipitations estivales élevées.

Les températures douces et l’eau disponible constituent la recette parfaite pour obtenir une pousse de printemps pendant tout l’été.

Les résultats de mesure de pousse

Voici les résultats des mesures. Un graphique vaut mieux que 1000 mots. Nous visons une année diamétralement opposée à 2020 avec une pousse d’été soutenue et constante.

MESURE POUSSE HERBE.jpg

Pour rappel, vous pouvez trouver l’intégralité des mesures pendant toute la saison sur ce lien :

Adapter le pâturage aux conditions

Comme cela a été détaillé dans le précédent bulletin, la gestion des refus est un travail quotidien cette année. Il convient d’adapter la taille de vos parcelles pour renforcer l’homogénéité de la consommation de l’herbe par les animaux. Les parcelles plus petites peuvent aussi permettre d’éviter le gâchis/piétinement, mais la vigilance doit y être accrue pour éviter le surpâturage et les dégâts aux endroits de regroupement.

Malgré les températures assez fraiches de cette année, on observe une présence importante de trèfle. On l’explique par un déprimage « sévère » réaliser au printemps (lorsque la pousse était faible). Ce déprimage/surpâturage a procuré de la lumière au pied de la végétation ce qui a permis au trèfle de se développer.

Les conséquences d’une forte présence de trèfle ainsi que les variations météorologiques peuvent favoriser la recrudescence des cas de météorisation. Dans ce cas, il est plus prudent de distribuer des fourrages secs aux animaux avant la sortie en pâture.

Aussi, l’humidité constante des derniers mois a provoqué la dégradation des chemins non stabilisés, et parfois même des prairies. Des problèmes de pieds s’observent plus régulièrement cette année. Il convient de les traiter le plus rapidement possible pour éviter d’impacter la consommation d’herbe des animaux et donc leur production de lait.

Des chemins stabilisés, un pâturage bien organisé, sont la clé du succès cet été (et des autres !) !

Continuer à faire des stocks

Cette année est particulièrement propice à la réalisation des stocks. C’est le moment d’emmagasiner au maximum. Comme nous l’avons évoqué en introduction, les années se suivent et ne se ressemblent pas. Vos stocks vous seront forcément d’une grande utilité dans les années futures.

Dans ce contexte de fortes variations climatiques soyez plus fourmi que cigale !

Capture d’écran 2021-04-02 172509.jpg