Bio en Hauts-de-France

Agriculture biologique en Hauts-de-France

Élevages

Fondamental à l’équilibre agronomique et écologique des systèmes de production, l’élevage bio repose sur le lien au sol et le respect du bien-être animal.

Ces 2 principes assurent :

  • une alimentation des animaux produite à proximité et elle-même issue de la culture biologique
  • une occupation de l’espace suffisant à l’intérieur, comme à l’extérieur
  • une source de fumure organique assurant la fertilité des sols.

Pour atteindre cette cohérence agronomique, une certaine autonomie alimentaire est recherchée et assure d’ailleurs la rentabilité économique de l’élevage bio.

Pour cela, vous disposez de plusieurs outils mis à votre disposition au sein de Bio en Hauts-de-France :



Img-vaches-lait-Ferme-HenryIV-CreditsMChanel.png

Bovin lait

Raisonner globalement son système pour trouver son optimum

C’est bien la gestion du nouveau système fourrager et de l’alimentation fonction de son contexte pédo-climatique et de l’état structurel de la ferme qui fait la réussite de la production laitière.

Le passage en bio impose une autre vision que le simple objectif de réaliser le volume de production. L’inadéquation entre le potentiel fourrager des terres et les références laitières, ainsi que les difficultés rencontrées dans la maîtrise des systèmes fourragers expliquent la majorité des cas de sous réalisation des objectifs de production. Atteindre cet objectif n’est donc pas forcément indispensable pour améliorer ses résultats technico-économiques. L’important, mais aussi le plus complexe, est de parvenir à une cohérence entre l’économie et la gestion du système de production. Il convient de raisonner sur une approche globale, et non sur des performances techniques par poste.

Finalement, l’adaptation de son système de production au potentiel de ses sols pour être le plus autonome possible est le principal facteur de réussite d’une conversion à l’Agriculture Biologique (efficacité économique et sécurité technique du système de production).

Les systèmes bovins lait biologiques en Hauts-de-France : performants au niveau environnemental, technique et économique

12 fermes laitières engagées en Agriculture Biologique ont été suivies ces dernières années par les conseillers en élevage de Bio en Hauts de France afin de relever des données technico-économiques* et analyser les performances environnementales, techniques et économiques, des systèmes laitiers bio sur la région Hauts-de-France.

3 principales stratégies présentes en région ont été identifiées pour assurer la performance globale du système de production :

  1. La maximisation du pâturage,
  2. L’affouragement en vert,
  3. Le mixte du pâturage et du stockage.

Pour en savoir plus, découvrez ces 3 stratégies et leurs résultats dans les "Références technico-économiques lait bio" [.pdf]

Img-Vaches-viande-VerteVallee-CreditsASFlament.png

Bovins-ovins viande

Les systèmes de production bovins et ovins viande contribuent particulièrement bien à l’équilibre « sol-plante-animal » sur nos territoires, en valorisant les prairies permanentes par exemple.

La recherche d’autonomie sur ces systèmes de production est d’autant plus importante que la rentabilité économique sera atteinte par la recherche de charges opérationnelles réduites. Le choix de races rustiques est par exemple privilégié.

En bovin viande bio, les principaux animaux valorisés en bio sont : bœufs, génisses grasses, vaches de réforme, vaches engraissées, veaux sous la mère…contrairement au conventionnel, il n’y a pas de marché pour les broutards ou de jeunes bovins. L’enjeu est donc de finir correctement ses animaux pour les valoriser au mieux que ce soit en circuit long ou en vente directe.

Pour en savoir plus... Consultez les pagesRéussir son passage en bio en bovins-ovins-viande sur le site Produire bio.

Img-poules-CreditsFBoucher.png

Volailles

L’un des premiers produits consommé en bio, la part d’œufs bios dans les étals des marchés continue sa progression. Les achats d’œufs bios par les ménages ont augmenté d’environ 12% en volume en 2018 par rapport à l’année précédente.(cf. Les chiffres 2018 de l'Agence Bio).

La région Hauts-de-France est une région significative dans le développement de la production d’œuf biologique. Entre 2017 et 2018, le cheptel de poules pondeuses a augmenté de 20%. Cette dynamique se poursuit en 2019 avec des projets d’ateliers de grande taille. Les projets de 12 000 poules sont de plus en plus fréquents.

En vue d’assurer la durabilité et la rentabilité des ateliers de production de poules pondeuses, il est nécessaire à ce niveau de construire des projets en s’assurant :

  • - du lien au sol, à travers l’adéquation entre les quantités de poules à nourrir et les surfaces en céréales oléo-protéagineux disponibles en région et l’adéquation entre les quantités de volailles présentes et les surfaces bios disponibles pour accueillir les fientes,
  • du débouché à moyen terme, au moins pendant la durée de remboursement du bâtiment,
  • des clauses du contrat prévu avec l’acheteur et le fournisseur d’aliment visant à sécuriser la marge nette de cette production.

1ère viande consommée en agriculture biologique, quelques ateliers de production et vente directe existent en région. Des projets de valorisation en circuits longs démarrent depuis 3 ans.

Img-porc-Lavancia.png

Porc

Filière en cours de construction en région, Bio en Hauts-de-France a été à l’initiative de la construction de l’Association Viande Bio Hauts-de-France qui regroupe 17 acteurs régionaux visant à valoriser au mieux la viande bio régionale localement.

Plus d’infos sur l'Association Viandes bio en Hauts-de-France et Élever des porcs en bio, un guide pour construire son projet sur le site Produire bio.

Img-ruche-Brie-CreditsMChanel.png

Apiculture

L’apiculture biologique est en plein essor.

À l’échelle nationale c’est l’une des filières qui présente le taux de progression le plus élevé (en nombre de conversion). L’apiculture bio représente plus de 15% du cheptel apicole français.

En Hauts-de-France, cette filière n’est pas en reste car de plus en plus d’apiculteurs professionnels franchissent le pas de la conversion bio.

La démarche de conversion ou d'installation nécessite un certain nombre de pré-requis sur le plan technique, en particulier sur la maîtrise sanitaire et la lutte contre le Varroa, mais aussi sur les choix des fournisseurs et la commercialisation.

Bio en Hauts-de-France est partenaire de la FNAB en tant qu’acteur d’un groupe de travail « apiculture biologique » à l’échelle nationale qui vise à mutualiser et enrichir les données technico-économiques favorables au développement de l’apiculture biologique.

Pour en savoir plus sur la Filière de l’apiculture biologique, la Conduite des ruches en bio, les Démarches administratives et les aides et la Règlementation bio, un guide complet de 100 pages a été réalisé. Il est disponible en version papier à Bio en Hauts-de-France, au tarif de 10 €, téléchargeable en fiches sur le site Produire bio.