Bio en Hauts-de-France

Agriculture biologique en Hauts-de-France

Forum des acteurs de l’eau des Vallées d’Oise

Img-Forum-Eau-2019.jpg

Forum des acteurs de l’eau des Vallées d’Oise

Le forum des acteurs de l’eau des Vallées d’Oise de l’agence de l’eau Seine Normandie s’est déroulé le 4 juillet dernier à Compiègne.

Le PIREN Seine a présenté les tendances d’évolution de la qualité et de la quantité d’eau sur le bassin de la Seine en prenant en compte le changement climatique. Les prévisions sont inquiétantes. En effet, la gestion de l’eau représente un enjeu de plus en plus important en France, et le bassin de la Seine ne fait pas exception. L’augmentation continue de la population exerce une forte pression. Quels que soient les modèles utilisés et les scénarios (du plus optimiste au plus pessimiste), tous s’accordent sur l’augmentation des précipitations en hiver et une baisse importante en été. Ce phénomène aura des conséquences sur les débits et étiages des cours d’eau, mais aussi sur la quantité et la qualité des eaux souterraines. La nouvelle répartition des précipitations va engendrer une recharge des nappes moins efficace. Cette différence de quantité d’eau va concentrer les polluants (nitrates et phytosanitaires).

Nous aurons une eau de moins bonne qualité et en moindre quantité, si les pratiques actuelles ne changent pas. La projection à 2050 montrent une situation alarmante avec des taux de nitrates élevés dans la ressource en eau potable.

Img-Scenario-tendantiel.jpg

« On se projette pour trouver des solutions aujourd’hui à des situations qui surviendront demain. »

Img-Scenario-reconquete-qualite-Eau.jpg

Le PIREN Seine a étudié un scénario de transition agricole douce. Il comprend un passage progressif et linéaire de 40% de la Surface Agricole Utile (SAU) en agriculture biologique, une agriculture avec des cultures plus diversifiées légumineuses fourragères (luzerne), protéagineux (pois, féverole), des cultures plus adaptées au stress hydrique (tournesol et le sorgho), et une baisse du colza, escourgeon et blé tendre.

Ce scénario permettrait de reconquérir la qualité de la masse d’eau en phytosanitaire mais aussi en nitrate.

Face au changement climatique renforçant les tensions et impacts sur les ressources en eau et affectant à terme l’ensemble des écosystèmes et des territoires, un atelier participatif a permis d’échanger concrètement sur des perspectives de transition agricole.

C’est dans ce cadre que Bio en Hauts-de-France a témoigné de son accompagnement de l’Agglomération de la Région de Compiègne afin de développer l’agriculture biologique sur ce territoire pour le rendre plus résilient.

Vue l’ambition du scénario présenté par le PIREN Seine, le défi à relever pour le monde agricole est énorme. Nous, producteurs bio, souhaitons le relever et continuer à améliorer nos pratiques vers toujours plus de durabilité. Gestion quantitative de l’eau, biodiversité, adaptation et lutte contre le changement climatique sont autant de sujets d’importance que nous souhaitons traiter à l’échelle des territoires.

Pour tous compléments d’informations ou pour échanger ensemble sur les coopérations territoriales à tisser face à ces défis, contactez Delphine Beun pour le bassin de Seine Normandie et Mathilde Joseph pour le bassin d’Artois Picardie.