Bio en Hauts-de-France

Agriculture biologique en Hauts-de-France

Communauté de Communes du Pays du Solesmois

L’impulsion d‘un élu et de son équipe a permis à cette communauté de communes rurale de se mobiliser en faveur de l’environnement en collaboration avec le monde agricole. En 2015, une démarche de concertation exemplaire a réuni de nombreux acteurs du territoire pour évaluer l’intérêt de développer l’agriculture biologique en Pays Solesmois. Cette démarche a abouti au programme Agribio, lancé en 2016.

En 2012, la Communauté de communes du Pays Solesmois (CCPS) lance le chantier d’un Plan local d’urbanisme intercommunal (PLUI). S’ouvre alors un dialogue constructif avec le monde agricole du territoire : des agriculteurs référents sont identifiés dans chaque commune pour former une commission agricole, associée à la construction du PLUi dès l’origine. Au-delà de cette commission, des permanences se tiennent dans plusieurs communes, associant à chaque fois un élu et un agriculteur, pour recevoir et entendre les avis et propositions du monde agricole.

Une fois le dialogue installé, et la confiance instaurée, la CCPS a souhaité aborder d’autres sujets avec le monde agricole. En 2015, la CCPS sollicite le groupement bio régional (Bio en Hauts-de-France) pour mettre en œuvre une démarche de concertation portant sur le développement de l’agriculture biologique du territoire. Ensemble, ils définissent une stratégie de concertation, une méthodologie de projet, ainsi que la gouvernance et le calendrier.

En début d’année, une formation de deux jours permet d’affiner le projet et de mieux comprendre les outils, méthodes et postures nécessaires pour accompagner au mieux la transition agricole du territoire.

Tout au long de l’année, la concertation réunit une diversité d’acteurs : la CCPS, le Gabnor (maintenant Bio en Hauts-de-France), Terre de Liens, des agriculteurs du territoire, des acteurs de l’eau, la Chambre d’agriculture, des acteurs de la biodiversité et services de l’État… .Tous permettent de clarifier ce qu’est l’agriculture biologique et d’identifier le potentiel de développement de la bio sur le territoire par l'utilisation de la grille d’analyse des territoires. Le diagnostic co-construit et partagé permet de faire émerger un plan d’action bio territorial, lancé à la suite de la concertation.

Pour favoriser la concertation, une étude SensiBio a été réalisée par Bio en Hauts-de-France. Des diagnostics individuels sont menés pour identifier quels sont les freins au changement des agriculteurs du territoire, quels sont les sujets qui les intéressent… Les résultats permettent de mieux comprendre les réalités du monde agricole actuel, et de définir ensuite des actions pertinentes. Au-delà de cet objectif premier, ces diagnostics « sociologiques » permettent d’échanger individuellement avec des agriculteurs, de répondre aux interrogations sur l’agriculture biologique et de faire connaître le projet de la collectivité en faveur de la bio et les services dont ils peuvent bénéficier (diagnostics bio gratuits, notamment).

Source : Newsletter Eau&Bio